Documentation Formation Recherche Groups au Qu�bec Nous joindre
  COMPRENDRE LE PHÉNOMÈNE DES VOIX  
 


Qu'est-ce qu'entendre des voix?


Les personnes qui entendent des voix peuvent vivre cette expérience de différentes façons. En effet, les voix entendues peuvent provenir de l’extérieur, mais sans avoir une source physique. Elles peuvent aussi être entendues; dans les oreilles, la tête, une autre partie du corps ou provenir d’un objet extérieur ou de la pensée.

La personne peut entendre une ou plusieurs voix, mais souvent l’une d’elle peut dominer les autres. Les voix peuvent parler de la personne ou s’adresser directement à elle en entretenant des conversations cohérentes. Les voix peuvent également interagir entre elles excluant la personne de la conversation. Également, les voix peuvent prendre d’autres formes de perceptions, comme des sons, des sentiments, des images, des visions, des goûts, des odeurs ou des sensations tactiles sans source physique. Il est important de retenir que l’expérience des voix est différente pour chaque personne.

Dans tous les cas, les voix ne proviennent pas de la propre conscience de la personne; elles lui sont imposées et la personne n’en est pas responsable. Par exemple, elle ne peut pas prévoir ce que la voix dira par la suite. Les voix qui s’imposent, c’est un peu comme une chanson qui reste dans la tête et qu’on n’arrive pas à chasser; elles restent là ancrées dans les pensées et prend toute la place pour une période, un moment.

Les voix sont aussi un peu comme les sensations quand nous rêvons. Nous les ressentons vraiment et même si elles ne se produisent pas véritablement, nous pouvons en venir à nous demander ce qui est réel de ce qui ne l’est pas. La différence avec les voix, c’est que ce «rêve» se fait éveillé. L’expérience en soi est donc bien réelle, même si les voix ne s’expliquent pas par une source physique.

De plus, les voix ont une personnalité. Elles peuvent être connues ou inconnues, avoir un genre, un âge, être positives, négatives ou neutres. Les voix peuvent prendre un rôle de conseiller, d’autorité mandataire, de régulation des activités, etc. Les voix peuvent aussi être présentes constamment ou quelques fois par jour ou par semaine. En somme, l’expérience des voix peut être vécue comme agréable ou désagréable, selon les caractéristiques de la personne, des voix, et de la période de vie.

Qui peut entendre des voix?

Entendre des voix est plus commun que nous ne le pensons. En effet, ce phénomène ne s’applique pas uniquement aux personnes ayant un diagnostique en santé mentale. D’ailleurs, il est vrai que plusieurs personnes ont eu l’impression, à un moment ou à un autre, d’entendre leur nom suffisamment fort pour se retourner, mais en se retournant, ils réalisent qu’il n’y a personne. Nous nous disons aussitôt qu’il s’agit de l’imagination, mais l’impression d’avoir entendu cette voix fut tout de même assez forte pour faire retourner et douter la personne. Vu sous cet angle, le phénomène des voix s’élargit à l’ensemble de la population. Bien sûr, ces perceptions peuvent être vécues à différents degrés, mais cela révèle aussi que tous peuvent en être plus ou moins affectés au courant de leur vie.

Par ailleurs, des études ont démontrées que certaines expériences de la vie accentue le phénomène des voix. Par exemple, il est commun chez les personnes endeuillées d’entendre la voix de la personne décédée récemment. D’autres travaux de recherche ont dévoilés que les navigateurs solitaires partant pour de longs périples en mer entendent fréquemment des voix. Aussi, les personnes âgées qui ont des pertes importantes au niveau de l’ouïe connaissent aussi ce phénomène, tout comme les personnes en phase terminale ainsi que les victimes de torture.

Dans le même sens, il a été démontré que l’apparition des voix est grandement reliée à un traumatisme vécu par la personne, comme la perte d’un proche, des abus sexuels, un divorce ou tout changement dramatique de la vie. Cela démontre que parfois, une certaine fragilité des personnes semble se manifester par des voix. Il est primordial de souligner que les personnes qui entendent des voix n’ont pas toutes un diagnostic en santé mentale. Ainsi, puisque personne ne peut affirmer être à l’abri de traumatismes dans leur vie, l’apparition de ce phénomène pourrait être une possibilité pour tous.

Des entendeurs de voix bien connus

Vous serez surpris d’apprendre que plusieurs personnalités connues ont dit qu'ils entendent des voix. Ces personnes notables, d’hier et d’aujourd’hui, se sont illustrées dans différents domaines comme les arts, la science, la politique, la spiritualité et la psychologie. Pour certains, leurs voix ont joué un rôle bien connu dans leur existence, que ce soit d’une manière positive ou non. Je vous invite à consulter la liste suivante d’entendeurs de voix en vous rappelant ce que ces personnes ont accompli. Comparez aussi l’idée que vous vous faites des personnalités d’autrefois et de celles d’aujourd’hui par rapport au fait qu’elles affirment toutes entendre des voix. Nous vous invitons à réfléchir aussi sur le fait qu’entendre des voix n’est pas nécessairement une expérience douloureuse et négative, et si tel est le cas, il y a possibilité de reprendre du pouvoir face à ce phénomène humain.


Socrate : Philosophe de la Grèce antique (-469 à -399).
»Plus de détails
»Wikipédia

Alexandre le Grand : Empereur conquérant d’Europe et d’Asie (-356 à -323).
»Wikipédia

Jules César : Empereur de la République romaine (-102 à -44).
»Wikipédia

Jésus de Nazareth: Prophète du christianisme (-5 à 30).
»Wikipédia

Mohammed : Prophète de l’islam (570 à 632).
»Wikipédia

Charlemagne : Empereur de l’Europe occidentale (742 à 814).
»Wikipédia

Jeanne d’Arc : Martyre qui a mené les troupes françaises lors de la Guerre de Cent Ans (1412 à 1431).
»Plus de détails
»Wikipédia

Christophe Colomb: Marin explorateur et colonisateur, découvreur de la route entre le continent américain et européen (1451 à 1506).
»Wikipédia

Martin Luther : Leader religieux à l’origine du protestantisme (1483 à 1546).
»Wikipédia

Emanuel Swedenborg : Scientifique et inventeur suédois (1688 à 1772).
»Wikipédia

Ludwing van Beethoven : Compositeur classique allemand (1770 à 1827).
»Wikipédia

Robert Schumann: Compositeur pianiste allemand (1810 à 1856).
»Wikipédia

Charles Dickens : Écrivain anglais auteur de David Copperfield et Oliver Twist (1812 à 1870).
»Plus de détails
»Wikipédia

Sigmund Freud: Autrichien fondateur de la psychanalyse (1856 à 1939).
»Wikipédia

Mohandas Karamchand Gandhi: Politicien et guide spirituel prônant la non-violence (1869 à 1948).
»Wikipédia

Winston Churchill : Ancien premier ministre de la Grande-Bretagne (1874 à 1965).
»Plus de détails
»Wikipédia

Carl Gustav Jung: Médecin, psychiatre et psychologue suisse (1875 à 1961).
»Wikipédia

Virginia Wolf : Écrivaine anglaise féministe (1882 à 1941).
»Wikipédia

Jean-Paul Sartre : Philosophe et écrivain français (1905 à 1980).
»Wikipédia

Mère Térésa: Religieuse catholique albanaise béatifiée (1910 à 1997).
»Wikipédia

John Forbes Nash : Économiste et mathématicien américain titulaire d’un prix Nobel (1928 à aujourd’hui).
»Plus de détails
»Wikipédia

Anthony Hopkins : Acteur d’origine britannique ayant entre autres incarné Hannibal Lecter (1937 à aujourd’hui)
»Wikipédia

Brian Wilson : Musicien américain des Beach Boys (1942 à aujourd’hui).
»Wikipédia

John Anthony Frusciante : Auteur-compositeur-interprète américain et guitariste des Red Hot Chili Peppers (1970 à aujourd’hui).
»Wikipédia









Quelques statistiques et faits révélateurs

Saviez-vous que


...des études démontrent qu’entre 4% et 10% de la population à travers le monde entend des voix et qu’entre 10% et 39% de la population a entendu des voix au moins une fois dans sa vie (Shergill, Murray &McGuire, 1998).

...entre 70% et 90% des gens qui entendent des voix le vivent suite à un événement traumatique.

...ceux qui présentent un diagnostic de santé mentale, en particulier la schizophrénie, font plus fréquemment l’expérience d'entendre des voix, soit entre 50% et 80% (Alpert, 1986; Andreasen & Flaum, 1991)

...les voix entendues peuvent être masculines, féminines ou sans genre.

...les voix entendues peuvent être des voix d’enfants ou d’adultes.

...les voix entendues peuvent être des voix humaines ou des voix non humaines.

...la première manifestation du phénomène des voix peut survenir à tout âge et pour environ 6% des entendeurs de voix, cette première manifestation survient avant l’âge de 6 ans, pour 10% entre 10 et 20 ans et pour la majorité des gens, 74%, cela se produira après l’âge de 20 ans.

...les personnes peuvent entendre une ou plusieurs voix, parfois jusqu’à une centaine, mais souvent une voix prédomine sur les autres.

...les voix peuvent provenir de la tête, des oreilles, d’en dehors de soi, d’une autre partie du corps, de l’environnement autour ou d’un objet précis.

...les voix peuvent exprimer souvent un aspect important de l’état émotionnel de ceux qui les entend, comme des émotions non-exprimées.

...les personnes peuvent dialoguer avec leurs voix, que ce soit à voix haute ou mentalement.

...les personnes qui entendent des voix positives ont plus tendance à entrer en contact avec elles, à les écouter et communiquer avec les voix tandis que les personnes qui entendent des voix négatives ont plutôt tendance à les ignorer et les éviter.

...les caractéristiques des voix entendues peuvent se modifier dans le temps.

...bien souvent, les voix sont entendues clairement et le volume est semblable à celui d’une voix normale.

...une relation entre la personne et ses voix peut s’établir et être similaire à une relation existante entre deux personnes.


Les voix à travers l'histoire

Le phénomène des voix n'est pas un phénomène nouveau dans l’histoire. En effet, la littérature révèle que le fait d’entendre des voix est une expérience qui a été rapportée à travers les époques; dans les civilisations anciennes de l'Égypte, de Rome, de Babylone, du Tibet et de la Grèce (Watson 1998).

À cette époque, les expériences rapportées étaient davantage positives et le fait d'entendre des voix était surtout perçu comme un don ou un signe divin. Socrate, un philosophe grec de cette époque, en est un exemple. Il disait que sa vie était dirigée par une voix de sagesse, qu'il décrivait comme étant extérieure à lui et à ses pensées. Cette voix était perçue comme une entité clairvoyante qu'il valorisait positivement. Elle le dirigeait dans ses actions ainsi que ses décisions.

À travers l’histoire, les voix ont longtemps été associés à un contexte religieux. En effet, entendre des voix est une expérience commune à plusieurs fondateurs de mouvements religieux; comme Jésus pour le christianisme et Mohammed pour l’islam. D'ailleurs, plusieurs personnages de la Bible tels que Moïse, Marie et Paul, déclarent avoir entendu des voix.

Jeanne d’Arc, une autre personne entendant des voix, a marqué l'histoire d'un point de vue politique. Sa façon d’influencer les événements pendant l’affrontement entre la France et les Anglais n’est pas négligeable. Il est intéressant de savoir que cette femme affirmait suivre les directions de voix qu’elle entendait. Son expérience avec les voix est d’ailleurs bien documentée.

Au courant de l'histoire, un changement important dans la façon de percevoir les voix à pris naissance à l’époque de la Renaissance. Durant cette période, la religion a perdu beaucoup de son pouvoir sur le monopole des idées au détriment de l’administration de l’État. Ainsi, la théorie des voix, qui autrefois s’expliquaient par une intervention divine ou démoniaque, ont été ébranlées. Au même moment, l’intérêt pour la médecine et la science prenait de l’importance. Les mouvements religieux se sentant menacés ont instaurés des politiques strictes visant à éliminer les personnes ayant des idéaux non-conventionnels et qui ressortaient de la norme. Ceci inclut ceux qui réclamaient être en contact avec des voix. C’est ainsi que la perception positive associée aux voix disparut, créant un tabou.

L’approche scientifique prit de l’ampleur dans les siècles suivants. L'esprit et le corps ont été analysés séparément. Le terme «hallucination» fut introduit par Lavater en 1572. Dès lors, le concept de maladie mentale est devenu prédominant en médecine. Les symptômes de «dysfonctionnement mentale» englobaient pratiquement tout comportements ou attitudes hors norme. Les voix, et autres types d’hallucinations, sont devenues un phénomène stigmatisant. À cela s’associa le diagnostic de schizophrénie ainsi que des tentatives d’explications biologiques et génétiques des voix.

Malgré la popularité de l’approche scientifique les diagnostics ne sont que des classifications de symptômes. Il ne faut pas oublier que d’autres facteurs influencent également la situation de la personne et sa façon de vivre avec ses voix. Aujourd’hui, la compréhension des voix va au-delà des théories divines ou médicales. La recherche tient compte davantage du contexte de vie de la personne qui entend des voix.

Qu’est-ce qui engendre réellement les voix?

Concrètement, comment cela peut-on expliquer qu’une personne entende des voix pour lesquelles il n’y a pas de source physique? Peu importe la théorie utilisée pour tenter de comprendre les hallucinations à travers l’histoire, il faut accepter que ce phénomène soit rempli de mystère et qu’il n’y ait pas de réponse unique, mais plutôt une multitude de pistes d’explications.



Le phénomène des voix aujourd'hui

L’émergence d’une nouvelle façon de percevoir le phénomène des voix est un résultat des recherches et expériences professionnelles du psychiatre anglais, Marius Romme. Il fut professeur de psychiatrie sociale à la Faculté médicale de l’Université de Maastricht dans les Pays-Bas de 1974 à 1999 de même que psychiatre clinicien au centre communautaire en santé mentale de Maastricht. Marius Romme est surtout connu pour son travail sur le phénomène des voix. Il est d'ailleurs reconnu comme étant le fondateur des théories sur les entendeurs de voix et du mouvement qui s’y rattache. Il est l’un des professeurs et psychiatres les plus émérite d’Europe dans son domaine, reconnu autant par ses collègues professionnels que par les patients qui utilisent ses services.

Ses recherches ont débutées suite à un échange avec une patiente qui entendait des voix et qui lui faisait part de ses insatisfactions par rapport aux services. Elle trouvait que la psychiatrie servait à donner un diagnostic, mais que cela ne l’aidait pas réellement. Marius Romme fut sensible aux besoins non répondus de la patiente en détresse.

Prendre en considération les commentaires de sa patiente fut pour Romme l’élément déclencheur qui le poussa à explorer plus en profondeur le phénomène des voix. Ses recherches l’ont d’abord mené à explorer le contexte historique du phénomène, où il a découvert qu’autrefois les gens qui entendaient des voix étaient honorés dans la communauté et capables de s’intégrer dans leur milieu, en occupant même des rôles d’importance. Ce que Romme constata contrastait grandement avec la réalité d’aujourd’hui.

Il poursuivit ses recherches et c’est en 1985 qu’une émission de télévision néerlandaise s’est intéressée au phénomène des voix. Une femme qui entendait des voix était interviewée en ondes. En parlant de son expérience, elle exprimait elle aussi que la psychiatrie ne l’aidait pas à mieux vivre avec ses voix. Suite à la diffusion, les téléspectateurs furent invités à téléphoner pour témoigner de leur expérience. Près de 900 personnes ont répondu à l’appel; 400 disaient entendre des voix, 350 ayant été hospitalisés en psychiatrie au moins une fois et 150 personnes qui entendaient des voix, mais qui fonctionnaient très bien dans la communauté malgré cela. Romme a ainsi découvert que plusieurs personnes qui entendent des voix sont effectivement intégrées dans leur milieu, contrairement à la croyance.

En considérant qu’un nombre significatif d’entendeurs de voix vivent une vie satisfaisante et ne sont pas considérés comme malades, puisqu’ils n’ont aucun diagnostic, Romme en est venu à la conclusion que le fait d’entendre des voix ne pouvait pas être relié directement à la maladie mentale. Ce qui engendre la maladie mentale chez les entendeurs de voix serait plutôt la détresse et la peur de ne pas être capable de contrôler les voix.

Également, les personnes qui fonctionnent bien avec leurs voix ont appris à accepter leur situation et utilisent différentes stratégies, tandis que ceux qui sont en détresse ont plutôt tendance à résister et se battre pour éliminer les voix, sans succès. Romme suggéra qu’une personne en position de résistance par rapport à ses voix engendre probablement l’effet contraire, c’est-à-dire d’augmenter et d'intensifier ses voix.

Dans le même sens, les moyens utilisés en psychiatrie pour éliminer les voix, comme la médication, ne fonctionne pas toujours dans une perspective à long terme. Romme révèle donc qu’il serait plus adéquat qu’une personne investisse son énergie à accepter et à apprendre des stratégies pour mieux vivre avec les voix.



Une initiative qui prend de l'ampleur à travers le monde

Le mouvement des entendeurs de voix ne se limite dorénavant plus à l'Angleterre. En effet, le phénomène des voix est maintenant exploré dans plus d’une vingtaine de pays à travers le monde. Des recherches, de même que la mise en place de services inspirés de cette nouvelle approche, prennent forme dans les pays suivants:

Angleterre, Allemagne, Australie, Autriche, Danemark, Écosse, Espagne, États-Unis, Finlande, Grande-Bretagne, Grèce, Irlande, Israël, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Suède, Suisse et récemment au Canada.

Il est intéressant de constater que ces nouveaux principes se propagent à travers le monde. De plus, plusieurs organismes oeuvrant en santé mentale y adhèrent lorsqu’ils y sont sensibilisés. Il s’agit d’un véritable vent de renouveau dans les services. C’est une approche qui a fait ses preuves et qui s’appuie sur des recherches solides puisqu’elle existe depuis une vingtaine d’années en Angleterre.

Il est important de souligner également que les croyances sociales liées aux entendeurs de voix ne sont pas toutes en lien avec la maladie mentale et la psychiatrie. En effet, dans plusieurs pays, encore aujourd’hui, tel qu'en Asie du Sud-Est, les personnes qui entendent des voix sont considérées comme ayant un don, comme étant en lien avec l’au-delà ou tout simplement comme étant en contact avec des guides spirituels. Le fait d’entendre des voix n’est pas considéré dans la normalité, mais plutôt comme un honneur qui surpasse la norme.

Bien que chaque individu ait ses propres croyances personnelles quant à l’explication de ses voix, nous ne pouvons passer sous silence l’influence des valeurs et des croyances de la société par rapport à un tel phénomène. Notre société québécoise porte-t-elle encore les stigmates de la maladie? Réduit-elle la personne à ses symptômes? Ou sommes-nous à l’aube d’un changement plus profond concernant la santé mentale?

 
 
 
 

 

Copyright ©2013 Le Pavois
Conception du site Internet Regroupement des organismes de base en santé mentale (ROBSM)